Rechercher

Mathieu Van der Poel et Nacer Bouhanni voient double



Mathieu Van der Poel (Corendon Circus) et Nacer Bouhanni (Cofidis) se sont, au terme de cette dernière étape des Boucles de la Mayenne, succédé. Le premier au palmarès de la course, un exploit rare puisqu'il n'a été réalisé qu'une seul fois par S. Pétilleau (1999 et 2000), le second à la victoire d'étape. Incontestablement, ces deux-là ont été les grands bonshommes de cette 44e édition.

Mathieu Van der Poel a sans doute moins cravaché qu'hier pour garder son maillot jaune, synomyme de victoire finale, le profil de l'étape étant plus avantageux. Néanmoins, il a su faire preuve de vigilance et son équipe a idéalement contrôlé l'échappée du jour. A l'avant, seul Michael Vanthourenhout (Marlux Bongoal) présentait un danger au classement général parmi les cinq coureurs. Mais avec 38" de retard sur le maillot jaune après le premier sprint intermédiaire, le risque était finalement assez faible. De façon assez classique, on assistait alors à un regoupement général à l'approche du circuit final et une prise en main total de la course par Codifis, avec un impérial et besogneux Rossetto, qui décidément apprécie les routes de la Mayenne. Le Cunff (Saint-Michel - Auber 93), désigné coureur le plus combatif, essayait dans un ultime effort de partir seul. En vain. Jusque-là en retrait, les coureurs de Groupama FDJ ont montré le bout de leur nez à 5 km de l'arrivée, replaçant Marc Sarreau. Dans la dernière épingle, à 400 m de l'arrivée, ce dernier était d'ailleurs plus rapide à prendre le virage, doublant Bouhanni. Mais sûr de sa force, le sprinter de Cofidis fut, quelques secondes après, le premier à embrayer, surprenant Sarreau qui le précédait. Il n'y avait décidément rien à faire contre le Vosgien, le meilleur sprinter de la course.

Plus en retait de l'emballage final (17e), mais suffisamment bien placé pour lever les bras en toute quiétude, Mathieu Van der Poel pouvait enfin souffler. Première course de la saison sur route et première victoire. On appelle ça comment ? Le talent.