Le Hollandais Mathieu Van der Poel s’impose dans la 4e et dernière étape courue entre Saint-Cyr-le-Gravelais et Laval, maillot jaune sur les épaules. Il inscrit donc son nom au palmarès des Boucles de la Mayenne. Sur l’ensemble de la course, sa plus mauvaise place fut 3e lors du prologue…

Problème : que faut-il faire quand votre avance est, au départ de la dernière étape, d’une seconde seulement sur le 2e, Johan Le Bon (FDJ), adversaire déjà victorieux à deux reprises, et de 9 secondes sur le 3e, Clément Venturini (Cofidis), redoutable finisseur, tout sachant que des bonifications sont en jeu à l’arrivée ? Solution : gagner. Voici rapidement exposé le théorème « VDP », du nom de son inventeur du jour, le phénomène Mathieu Van der Poel. On est toujours mieux servi que par soi-même. Il ne servait à rien donc de se perdre en conjectures et d’échafauder toutes sortes de plans pour savoir comment ses adversaires allaient-ils lui ravir son beau maillot jaune. Le patron, c’était donc lui, bien aidé par son équipe, et il n’y aurait rien à redire. Après une victoire en puncheur sur les pentes du Montaigu, Van der Poel s’est, cette fois-ci, distingué dans un sprint massif. Son sprint est magnifique et terrible pour Marc Sarreau (FDJ), 2e, et qui crut pouvoir décrocher son 2e bouquet professionnel. Du coup, Van der Poel empoche les 10 secondes de bonifications et relaie ses dauphins à 11 et 19 secondes. CQFD.

Mathieu Van der Poel sait tout faire. Trois fois champion du monde de cyclo-cross, champion du monde sur routes chez les juniors, il nous tarde de le voir accomplir une saison complète dans le giron des coureurs sur route. Agé de 22 ans, vous n’avez pas fini d’entendre parler de lui…

 

>> Les photos de l'étape

 

edition speciale
Édition spéciale 2017