Jusqu'au bout son visage a laissé apparaître une grande sérénité malgré l'effort. Jusqu'au bout, Bryan Coquard (Direct Energie) a tenu sans broncher pour remporter cette 42e édition des Boucles de la Mayenne. Rien de plus logique tant le coureur et son équipe ont dominé les débats durant ces quatre jours de compétition.

 

Anthony Delaplace (Fortuneo Vital Concept) a essayé, mais son entreprise a fait long feu sur le circuit final dessiné dans les rues de Laval. En prenant une quinzaine de secondes et en grappillant les bonifications dues au vainqueur, il aurait pu peut-être contrarier les plans de Direct Energie. Mais cette dernière équipe en a décidé autrement et le maillot jaune n'a pas changé d'épaules. Le Normand termine tout de même 2e de l'étape, un accessit qui lui permet de grimper sur la 2e du marche du podium du classement général. Dans cette ultime échappée, qui a pris corps à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, on retrouve donc Delaplace, mais aussi Rayane Bouhanni (Cofidis), Julien Antomarchi (Roubaix Lille Métropole), Aitor Gonzalez Prieto (Euskadi Murias), Jonas Rickaert (Topsport Vlaanderen Baloise) et le Néo-Zélandais Thomas Scully (Drapac Pro Cycling). Ce petit groupe parvient à conserver quelques longueurs d'avance sur le peloton, hormis Bouhanni et Antomarchi repris un peu plus tôt. 

Thomas Scully, formé à l'école de piste néo-zélandaise, fait parler sa pointe de vitesse en haut de l'avenue Robert Buron, signant ainsi sa première victoire de la saison. Le peloton est réglé par le sprinter de la FDJ, Marc Sarreau. 

Aux avant-postes du peloton, le maillot jaune franchit tout sourire la ligne d'arrivée en 13e position, glanant ainsi son 11e bouquet de la saison, ce qui fait de Bryan Coquard l'un des meilleurs chasseurs de victoires sur le plan international. 

 

edition speciale
Édition spéciale 2017